MOMBASA – LES CHALLENGES DU CONTINENT AFRICAIN

Après le succès de jeux plutôt simples comme Isle of Skye ou Port Royal, Alexander Pfister a décidé d’ajouter une corde à son arc en se lançant dans la conception d’un « plus gros morceau », si je puis m’exprimer ainsi! Mombasa vous entrainera au cœur de l’Afrique où les joueurs devront investir dans différentes compagnies d’exploitation en pleine extension! Le jeu se déroule sur 7 manches, chacune divisée en 3 phases : planification, actions, entretien. Au terme de la 7e manche, le joueur le plus riche remporte la partie! Ça a l’air plutôt simple, non? Ah! Vous êtes tombez dans le panneau! Mombasa est ce qu’on pourrait qualifier de jeu de réflexion. Certes, les mécaniques présentes sont variées : placement d’ouvriers, deck-building, area control, choix d’actions… Mais au final, c’est la réflexion qui est au cœur du jeu! J’espère que vous aimez les casse-têtes, car Mombasa en est tout un!

Par: Alexander Pfister
Illustré par: Klemens Franz & Andreas Resch
Édité par: Gigamic (VF)
Publication: 2015
2 à 4 joueurs

Mais encore…?
Expliquez ce jeu par écrit prendrait encore plus de temps que de le faire face à face alors je vais me contenter de vous balancer les grandes lignes! Au début de la partie, les joueurs reçoivent un paquet de 9 cartes correspondantes à leur couleur + 1 carte unique correspondante à leur positionnement dans l’ordre de jeu. Parmi les cartes qu’ils auront en main au début d’un tour (phase planification), les joueurs pourront en jouer 3 en début de partie. Il est possible qu’ils puissent en jouer jusqu’à un maximum de 5 en cours de partie. Toutes les cartes d’action jouées devront être placées sur des colonnes différentes en sous le plateau personnel des joueurs. Ces cartes seront dévoilées simultanément et représentent les actions que les joueurs pourront réaliser pendant le tour actuel. Est-ce que l’emplacement où l’on place nos cartes a une importance? Oooh oui, plus que vous ne le pensez! Une fois par tour, après la phase des actions, les joueurs pourront récupérer toutes les cartes se situant dans l’une des colonnes « discard » (cartes au-dessus de leur plateau, précédemment utilisées) et les ajouter à leur main! En effet, après avoir récupérer un paquet, les joueurs devront déplacer leurs cartes actives dans la section « discard », c’est-à-dire au-dessus de leur plateau personnel, mais exactement dans la même colonne où elles ont été jouées précédemment (oui, je sais, c’est difficile à visualiser sans le plateau). Évidemment, vous aurez la possibilité de faire l’acquisition de nouvelles cartes en faisant du commerce de ressources afin de garnir votre main. Toutefois, cette mécanique d’utilisation / récupération de cartes donne à Mombasa toute sa particularité… en plus de votre donner un mal de tête croissant au fur et à mesure que la partie avance!

Sans passer en revue et en détails toutes les actions, voici un portrait de ce qu’un joueur peut faire lors de son tour :

  • Jouer une ou des cartes Ressources pour acheter de nouvelles cartes au marché et/ou investir dans certaines compagnies pour débloquer des avantages et obtenir des parts
  • Jouer toutes ses cartes Développement afin de déployer de nouveaux comptoirs de commerce parmi l’une des compagnies disponibles
  • Jouer une carte Comptable afin de progresser sur la piste de comptabilité
  • Jouer une carte Marchand de diamants afin de progresser sur la piste de diamants
  • Effectuer un placement d’ouvrier (plusieurs emplacements disponibles)
  • Passer (fin de la phase action pour le joueur)

Une fois que tous ont passé et que tout le monde a choisi un paquet de cartes parmi le « discard » pour le réutiliser, on procède à la phase d’entretien : réapprovisionnement du plateau, récupération des travailleurs, attribution des tuiles bonus, passage au prochain tour!

Et après le 7e tour?
Au terme de la partie, quatre éléments différents vous donneront de l’argent (des points) :

1) La monnaie toujours en votre possession
2) La valeur de votre mine de diamants
3) La valeur de votre comptabilité
4) Le nombre de parts (investissements) que vous avez dans chaque compagnie multiplié par sa valeur monétaire

Il est donc possible d’avoir plusieurs parts dans une compagnie qui, au final, ne vaut rien! Attention de ne pas vous faire avoir lors des derniers tours, car il est possible de renverser la vapeur à tout moment dans ce jeu!

Je ne suis pas certain d’avoir tout compris…
Mombasa est un casse-tête. C’est ce que je répète à toutes les fois que j’explique ce jeu. Mais il ne s’agit pas d’un vieux casse-tête 1000 morceaux des années ‘60 de Ravensburg représentant un un paysage hivernal avec des enfants qui s’amusent autour d’un sapin décoré. Oh non! Il s’agit plutôt d’un majestueux casse-tête qu’on apprend à connaître, qu’on doit amadouer. On se laisse séduire par ses courbes et par sa variété. Et à chaque partie, c’est le coup de foudre. Plus sérieusement, Mombasa réussi parfaitement à marier plusieurs mécaniques ensemble tout en gardant l’expérience de jeu fluide. Les avenues que l’on peut emprunter dans ce jeu sont innombrables. N’essayez même pas de tout faire, le jeu risque de vous avaler tout rond! Les chemins vers la victoire sont nombreux, mais vos adversaires ne vous laisseront probablement pas vous en tirer aussi facilement (du moins, je l’espère!) Je dois avouer que le thème est un peu absent et que quelques fois pendant la partie, on oublie complètement l’aspect « Africain » du jeu. Heureusement, l’immense carte au milieu du plateau est là pour nous le rappeler! Le jeu peut sembler très intimidant. Il n’est pas toujours facile à expliquer la première et seconde fois qu’on y joue. Il faut avoir des joueurs qui veulent apprendre et qui n’auront pas peur d’ouvrir la bouche pour avaler cette grosse part de gâteau. Je crois qu’il serait juste de préciser qu’une partie à 2 joueurs et une partie à 4 joueurs se jouent TRÈS différemment. Pas au niveau des règles, mais bien au niveau de la stratégie à adopter et sur le niveau d’agressivité/passivité. Bref, j’aime ce jeu.

La note de L’École du jeu:  (9 / 10)

Mombasa en 3 mots?
Casse-tête.
Réflexion.
Sexy.

Auteur: J-P

YouTubeur à L’École du jeu.
Enseignant, papa et boardgamer passionné.
J’aime l’odeur du carton fraîchement punché, j’aime la texture des pages d’un livret de règles, j’aime faire rouler des dés entre mes doigts… Ah, et j’aime bien jouer, aussi!

Suivez-moi sur Facebook, YouTube et Instagram!

Share Button

Laisser un commentaire