Nous vous avons déjà partagé notre passion pour l’excellent jeu de placement d’ouvriers : Viticulture. Un de nos abonnés à la Société des Jeux a tenu à nous communiquer son expérience contre Automa suite à la publication de notre Challenge Solo.  Merci à notre nouveau reporter: Spinoza !

L’Héritage :
Né de mama Christine et de papa Jerry, j’héritais d’un beau domaine viticole et florissant dans la Toscane, famille plutôt modeste (2 lires) composé d’un ouvrier spécialisé (le chef d’entreprise), et de 2 assistants ouvriers. Un vieux pied de vigne de Pinot jonchait le sol ici là près des pressoirs, mais ce qui faisait surtout la force et la fierté de ma famille, c’était surtout son moulin à vent, implanté là depuis plusieurs générations. Un marchand et un vendangeur étaient également présent, prêt à donner de l’aide durant la période hivernale si besoin.

1ere année (3 employés, 7eme rang réveil et 0 point) :

Lors du premier printemps, ma famille étendait son influence à Pisa, région réputée pour sa richesse, afin d’avoir des aides (2 lires) de cette région. Nous faisions grâce à cette subvention, l’acquisition d’une treille, afin de pouvoir exploiter nos ressources sans qui cela, la plantation de notre pied de Pinot ne serait pas possible.
Durant l’été, synonyme d’emploi saisonnier, un intérimaire venait gonfler les rangs et apporter sa force pour le travail dans le domaine. Afin de réaliser tous nos projets, nous fûmes également contraints de vendre une parcelle de nos champs (6 lires) pour planifier l’arrivée d’un nouvel employé à temps plein dans l’entreprise.
Ce premier automne était rythmé par le son des feuilles, traversant notre vignoble encore vide et désertique, rien ne s’y passait ou presque, juste le temps de bénéficier d’un nouveau pied de vigne offert gracieusement par une association horticole, cette fois-ci il s’agissait de Sauvignon blanc
L’hiver fut déjà un tournant dans la vie du domaine car nous recrutions notre premier nouvel employé, et non pas des moindres, il s’agissait d’un professeur en viticulture, qui grâce à son expérience, pouvait réaffecter d’autres employés déjà occupés à la tâche à faire autre chose. Autant dire que son aide allait être précieuse.

 

2eme année (4 employés, 1e rang réveil et 0 point) :

Le contrecoup de l’intérimaire nous obligea à opter pour une stratégie sans bénéfice particulier (piste des tours 1er rang obligatoire). En prévision de la plantation, nous investissions au printemps dans un système d’irrigation afin de pouvoir planter nos 2 premiers plans de vignes durant l’été (Pinot et Sauvignon blanc). Sous l’éclatante lueur du soleil, notre moulin à vent se portait au mieux et nous rapportait pour l’occasion 1PV. Ce point gracieusement gagné, fût immédiatement échangé contre 3 lires. Contrairement à l’année passé, cet automne symbolisait l’arrivée de nos premières vendanges, nos pressoirs n’attendaient que ça… Le recrutement hivernal continuait grâce au bonus de 1 lira, cela nous permettait de pouvoir s’offrir les services et d’accueillir un nouvel employé.  À la fin de l’année, le processus de vieillissement du raisin apportait déjà des résultats.

 

3eme année (5 employés, 4eme rang réveil et 0 point) :

Lors du 3e printemps, ma famille étendait cette fois-ci son influence à Grosseto afin de pouvoir bénéficier de nouveaux pieds de vigne, nous récupérions  du Sangiovese bon marché, ce n’est pas ce que nous espérions, mais quoi qu’il en soit, il fallait fructifier tout cela. Une journée porte ouverte fût organisé pour faire des visites de notre domaine aux touristes afin de gagner un peu d’argent (2 lires).
Durant l’été, nous nous attelions à la tâche et plantions notre pied de Sangiovese de la région de Grosseto. Nous remercions au passage notre bon vieux moulin à vent 1PV. Durant le même temps, un courrier nous informait qu’un client était intéressé par du vin rouge et blanc de bonne qualité  (de valeur 6 pour chacun). Nous avions à cœur de vouloir honorer ce 1er contrat même si la tâche ne n’annonçait pas simple.
Au moment de la vendange automnale, un tailleur de pierre arrivait dans notre domaine afin de proposer ses services de construction. Sa prestation étant très onéreuse, nous ne savions pas encore à ce moment-là que nous ne donnerions pas suite.
L’hiver fut tellement rude en cette 3e année, la neige qui bloquait toute notre activité (et surtout à cause de la carte automa19 qui bloqua tous nos souhaits de projet), les 2 derniers employés ont été contraints de se contenter de chercher des projets de construction (cartes oranges). Un restaurant et une taverne étaient proposés. Bien évidemment, nous avions ni les moyens financiers ni les moyens humains pour se lancer dans ces 2 projets à la fois.


4eme année (5 employés, 2eme rang réveil et 1 point) :

Ce début d’année était bien chargé, consacré à la récolte de nouveaux pieds de vigne (du Syrah et du Sauvignon blanc). En parallèle, nous continuions nos visites printanières du domaine viticole qui attiraient toujours autant de badauds. Cela nous assurait un revenu stable car nous ne pouvions pas compter sur nos revenus résiduels qui étaient toujours à 0. Afin d’anticiper notre première mise en bouteilles, notre professeur décida d’agrandir notre cave (cave moyenne) afin d’accueillir du vin de bonne qualité, étape essentielle à la vinification du bon vin, si nous voulions pouvoir honorer notre seul contrat.
L’été, nous plantions nos pieds de vigne Syrah et du Sauvignon blanc fraichement acquis du printemps, et nous remercions une nouvelle fois notre moulin à vent qui nous rapporta une encore 1PV.
Gêné par un automne peu propice (Carte automa) qui paralysa une bonne partie du domaine, le chef d’entreprise prit ses responsabilités pour s’occuper lui même des premières mise en bouteilles.
Durant l’hiver, le vendangeur que nous avions hérité à la création de l’entreprise, se décida enfin à apporter son aide, et vendangea 2 champs d’un coup… Pas habitué à un tel rendement, nos pressoirs ont été vite remplis et ont même débordés. Du raisin a été gaspillé puis jeté, quelle misère! Il nous rapporta également un peu d’argent (2 lires)

5eme année (5 employés, 5eme rang réveil et 2 points) :

Comme à chaque printemps, c’était les journées portes ouvertes dans le vignoble pour nous assurer des revenus. Cette tradition a failli ne pas se faire cette année-là car nos employés n’étaient pas disponibles (carte automa 8), c’est donc le chef qui s’était occupé des visites. Ce printemps-là fut un tournant dans nos projets, car nous investissions une nouvelle fois toutes nos économies (5 lires) et c’est à ce moment-là que vit le jour de notre taverne (1PV) qui sera vite indispensable et incontournable dans la réussite de notre entreprise. (pour plus de précisions j’ai joué avec les règles US et non FR car la traduction de Matagot n’est pas conforme – soit donner 2 raisins pour gagner 3 points).
Durant l’été un agronome curieux pointa le bout de son nez dans notre vignoble afin de proposer ses services… l’été fût caniculaire et rien d’autre ne se passa (merci automa).
À l’automne, concentré à la tache, dans nos vendanges et dans la fabrication des bouteilles de vin, nous fûmes stoppés soudainement par un commercial aux dents longues ventant les mérites de son réseau d’affaires incroyables, et nous promettait de nouvelles rencontres. Sans être réellement convaincu, nous prenions sa carte de visite au cas où… J’y voyais surtout là l’occasion, de lui faire visiter notre nouvelle taverne. Quelque temps passa…et nouvelle catastrophe dans nos hangars, nos pressoirs à rouge débordaient à nouveaux, nous étions en surproduction de raisins rouges bon marché et nous étions obligé d’en jeter une nouvelle fois…
L’hiver fût l’occasion de voyager un peu et d’aller se changer les esprits à Siena et de faire un peu des affaires (1 lira). C’est à ce moment-là que je décidai de recontacter le commercial qui me promettait monts et merveilles. Il me présenta un géomètre ainsi qu’une équipe de bénévole prêt à se rendre disponible pour l’été prochain. Afin de le remercier de ces belles rencontres, je l’invita à ma taverne et dépensa 2 cépages pour gagner 3PV. En parallèle, un assistant durant ce temps vendait une autre bouteille pour 1PV. Durant la phase de vieillissement, je suis contraint de ne pas donner à mon vin tout son potentiel car ma moyenne cave commence à atteindre ses limites. Les arômes de mon vin blanc resteront à une valeur de 6.

6eme année (5 employés, 3eme rang réveil et 7 points) :

À ce printemps-là, malheureusement pas de visite à l’horizon (merci Automa) et toujours sans revenu résiduel, les temps devenaient compliqués…
Je récoltais durant l’été un nouveau pied de Merlot mais c’est à ce moment-là que je m’aperçus que tous mes champs ont quasiment atteint leur plein potentiel et qu’il ne me sera pas possible d’exploiter ce Merlot à moins d’arracher un pied, mais ce ne fût pas dans mes projets. C’est aussi à ce moment-là que je réalisai que mon moulin à vent ne me sera de plus aucune aide. Le géomètre qui était en visite dans mes champs, constata que mes champs étaient tous remplis de vignes (2PV). Je l’emmenai lui aussi à ma taverne pour arroser ça (2 raisins contre 3PV). En cette fin d’été, mon professeur décida de renoncer à notre projet de restaurant et renvoya par la même occasion le tailleur de pierre chez lui contre 3 lires.
À l’automne, en plein pendant les vendanges, un animateur arriva pour proposer ses services, il s’en fallait de peu pour qu’il soit taché de raisin, la faute au 2e pressoir de raisin blanc gavé en abondance prêt lui aussi à déborder. La prochaine mise en bouteilles de vins blancs s’annonçait très bonne et très productive.
Durant l’hiver, je m’octroyais enfin les services de mon marchand pour 3 liresdigne héritage de ma famille, qui m’apporta au passage 2 cépages blanc et rouge bon marché de valeur 1. Je le remerciai et l’invitai lui aussi dans ma taverne pour entretenir cette amitié (2 raisins contre 3PV). Ne sachant pas quoi faire de mon dernier assistant, il me rapporta tout simplement 1 lira.

 

7eme année (5 employés, 6eme rang réveil et 15 points) :

Dernier printemps et dernier désespoir (faute à l’automa), c’est le calme plat…l’année s’annonçait très calme et pourtant..
Durant le folklore de l’été, l’animateur s’amusait de son public et nous débouchions une bouteille de sauvignon blanc et nous renoncions à notre Merlot, à notre équipe de bénévoles et à notre agronome, rien que ça afin de satisfaire les besoins de notre animateur (3PV). La soirée se finissait comme à chaque fois dans notre taverne (2 raisins contre 3PV). Les feux d’artifice de l’ascension nous offraient gracieusement un beau spectacle (1PV tombé du ciel du 6e rang réveil).
Au dernier automne, un architecte de renom qui se promenait dans les environs et nous proposait ses services au cas où si nous en avions besoin. Dernière ligne droite, je tentai un coup de poker et me lançai dans la recherche d’un nouveau contrat juteux… malheureusement, cela s’est avéré un échec, le client me demanda l’impossible avec du Prosecco. 
Durant la dernière phase hivernale, avec l’aide de mon architecte, je construisis un joug, non pas pour ses capacités, mais juste pour que l’architecte confirme la construction sur mon domaine de 6 bâtiments et donc de labelliser le domaine pour me donner 2PV. Suite à cette belle lancée, j’honore mon seul et unique contrat, et heureusement mon client n’était pas pressé, 4 ans que je lui tenais la promesse de lui fournir ce dont il avait besoin, mais pour du très bon vin (du vin rouge et blanc de valeur 6 chacun), il fallait savoir patienter 5PV et 2 lires de revenu résiduel.. qui maintenant de toute façon ne me servira à rien.
Mon professeur pour apporter sa touche finale, venda un vin blanc moyen de gamme contre 1PV.

 

Final 30 points : Victoire, sabrage de champagne et une belle histoire se conclut. 
La réussite de ce défi sera résolu en grande partie grâce au professeur qui m’a permis d’avoir rapidement 1 ouvrier par saison avec une double casquette.
Également grâce à la taverne qui est à l’origine de plus d’un tiers de mes points.
Je tenais à remercier également le géomètrele marchand, l’animateur, et commercial sans qui cette victoire n’aurait pas été possible 🙂
Et bien évidemment au petit moulin très précieux dans mes débuts.

 

par Spinoza, partie du 26 janvier 2018 (extrait du forum du Challenge Solo de Tric Trac), /MERCI 🙂

Auteur: La Société des Jeux

La Société des Jeux, c’est moi, c’est vous, c’est tous les passionnés de jeux de société qui désirent découvrir de nouveaux jeux et de nouvelles variantes.

¨Faite parti de la Société, et sauvons le monde…un joueur à la fois¨.- Martin M.

Share Button

La Société des Jeux

La Société des Jeux, c'est moi, c'est vous, c'est tous les passionnés de jeux de société qui désirent découvrir de nouveaux jeux et de nouvelles variantes. ¨Faite parti de la Société, et sauvons le monde...un joueur à la fois¨.- Martin M.

Laisser un commentaire

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com