L’AUBERGE SANGLANTE OU L’ANTIPODE DE L’APPARTEMENT DU BONHEUR

1831, dans un coin reculé de l’Ardèche, le petit village de Peyrebeille voit le passage de nombreux voyageurs… Une famille de cupides paysans du cru est bien décidée à faire fortune et a mis un stratagème diabolique pour parvenir à ses fins : investir dans une auberge pour détrousser ses clients et s’enrichir sans éveiller les soupçons des forces de l’ordre! Que leur plan se déroule comme prévu ou non, une chose est certaine : tous les clients ne sortiront pas vivants de cette auberge…

Si tuer ne vous fait pas peur, que vous êtes sans pitié pour les épiciers et les mécaniciens, si vous savez user de ruse pour déjouer les forces de l’ordre, mais surtout, si vous savez ce que signifie le mot « cupide », L’Auberge Sanglante est pour vous. Pour les ignares d’entre vous qui ne sauraient pas ce que signifie « cupide », en voici la définition : « attachement excessif à la possession d’argent, de richesse, sans en faire l’usage ».
Ok. Pis? Nous direz-vous.
Cette information est des plus pertinente puisque c’est ce qui détermine le premier joueur à L’Auberge Sanglante… Et on ne vous dira pas le nombre de fois que nous sommes allées voir dans le dictionnaire et sur internet afin de savoir ce que voulait dire ce fichu mot ! Nous sommes donc, en effet, parmi les ignares ne sachant pas ce que ça signifiait… pire encore, on ne s’en souvient jamais d’une partie à l’autre.

L’Auberge Sanglante est un petit jeu acheté d’abord par Alexia, car la boîte lui parlait (ouais… parfois, je laisse l’émotion prendre le dessus) et que Sophie a fini par acheter par amour inconditionnel! Retenez bien cette information : quand un jeu est acheté d’abord par l’une de nous deux puis par l’autre afin de s’assurer d’en avoir une copie à chaque étage… c’est une valeur sûre!

En solo, à deux, à trois, tous les scénarios sont parfaits! Si notre parole ne vous convainc pas, en voici un peu plus!

Le jeu
L’Auberge sanglante est un jeu pour 1 à 4 joueurs qui se joue en 45 à 60 minutes. Il offre la possibilité de jouer une partie courte ou une partie longue, ce qui convient parfaitement à « On se tape une partie de L’Auberge sanglante!? » ou « Une p’tite dernière avant de s’coucher? ». Mais ce n’est pas tout! En mode solo, nous sommes prêtes à affirmer que ce jeu serait parmi nos préférés !

Premièrement, L’Auberge Sanglante est essentiellement un jeu de cartes. Par contre, il contient un petit plateau. Ce plateau, c’est l’auberge. En début de partie, on y pose un de nos jetons clé sur la chambre de notre choix. Ensuite, on y trouve la piste des francs correspondant en fait au nombre de points gagnés ou perdus. Finalement, il y a aussi le bistro sur lequel les paysans seront joués. Nous plaçons donc un certain nombre de cartes « client » (dépendant du nombre de joueurs et de la longueur de la partie désirée) en une pile à « l’entrée » de l’auberge, soit l’extrême gauche du plateau, l’extrême droite étant la pile de sortie. Finalement, toujours selon le nombre de joueurs, des jetons clé blancs sont également posés sur le plateau afin de n’avoir pas seulement 2 ou 3 chambres ouvertes à notre chère clientèle.

Le premier tour peut commencer. Le premier joueur prend alors un client à la fois et l’installe dans la chambre de son choix. Ensuite, dans le sens des aiguilles d’une montre, tout le monde fait sa première action, puis sa deuxième.

Pour chacune des actions suivantes, il est toujours nécessaire de défausser de sa main un nombre de cartes égal au rang de la carte visée par l’action (0, 1, 2 ou 3). Les actions possibles sont les suivantes :

1. Corrompre un client
• Corrompre un client signifie simplement de le prendre dans sa main. Il n’y a que les paysans qui peuvent être corrompus à raison de deux cartes pour une seule action. De plus, ceux-ci sont toujours déposés au bistro plutôt que défaussés dans la pile de sortie.

2. Construire une dépendance
• Construire une dépendance avec un client déjà corrompu et dans sa main signifie de poser le client face ouverte devant soi.
À quoi sert une dépendance? À y enterrer le nombre de cadavres correspondant à son rang et avoir accès à l’action spéciale du client en question. Par exemple, un client sur lequel il serait inscrit « Gagnez immédiatement 18 francs » ne les rapportera que si on en crée une dépendance. En d’autres cas, jamais il ne rapportera les 18 francs indiqués.

3. Tuer un client
• Lorsqu’on tue un client, on le met face caché vis-à-vis l’une de ses dépendances, mais on ne marquera les points (ou pillera son cadavre, c’est tout comme…) qu’au moment de l’enterrer.

4. Enterrer un client
• Lorsqu’on enterre un client, on doit le mettre sous une dépendance qui n’est pas encore à pleine capacité et c’est là que l’on marque les points indiqués.

5. Passer (ne rien faire ou blanchir de l’argent)
• Lorsqu’ils décident de passer, les joueurs peuvent : ne rien faire (pour se remettre de leurs émotions de tous ces meurtres sanguinaires commis sans pitié) ou blanchir de l’argent puisque nous ne pouvons avoir plus d’argent que la piste de francs le permet, soit 40 francs. On recule alors sur la piste des francs pour échanger chaque tranche de 10 francs par une tuile chèque de même valeur. Ce serait triste d’enterrer un cadavre qui avait 26 francs sur lui et de ne pouvoir en récolter que 12 parce que nous en avions déjà trop…

Quand tout le monde a effectué ses deux actions, on passe à la phase de fin de tour qui consiste à :
– l’enquête des forces de l’ordre
– la perception des revenus
– le paiement des comparses

Parmi les clients, on trouve parfois des membres des forces de l’ordre. Si, à la fin de la manche, il en reste dans les chambres, il faut s’assurer que tout le monde ait enterré ses cadavres, car il y aura enquête. Pour chaque cadavre non-enterré, son propriétaire doit payer le fossoyeur du village (10 francs) afin qu’il fasse disparaître toute preuve… et tout cadavre! Le joueur perd alors son cadavre non-enterré et ses 10 francs.

Ensuite, on vérifie s’il reste des clients dans les chambres des joueurs. Chaque chambre contenant encore un client rapporte un franc à son propriétaire.

Finalement, tous les joueurs ayant encore en main des comparses doivent les payer à raison d’un franc chacun. Attention. Vos comparses sont là pour vous servir… et ils sont témoins de vos sombres affaires. S’ils acceptent de garder le silence, il n’en va pas de même de la confiance qu’il vous accorde. Il faudra donc les payer en argent comptant sans quoi ils quitteront. Pas de chèque aux comparses, seulement des francs. C’est à prévoir…

C’est ensuite le matin et les joyeux survivants quittent l’auberge pour laisser la place à de nouveaux arrivants.

Le premier joueur donne la carte « Premier joueur » au joueur à sa gauche et un nouveau tour peut débuter en commençant par l’accueil des nouvelles victimes potentielles.

Lorsque la pile de cartes clients à l’entrée de l’auberge a été vidée une première fois, on brasse la pile de sortie et on procède à une deuxième saison exactement comme la première jusqu’à épuisement, pour la seconde fois, de la pile d’entrée.

L’expérience solo
En ce qui concerne l’expérience solo (notre révélation), voici les quelques différences.

L’objectif demeure le même, c’est-à-dire s’enrichir en pillant des cadavres. Toujours aussi sympathique! Par contre, notre richesse à la fin de la partie ne détermine pas une victoire ou une défaite, mais plutôt notre qualité d’aubergiste… serez-vous un aubergiste démoniaque ou simplement un aubergiste inquiétant?

Il est où le challenge si on gagne à coup sûr?
Hahaha! Ce n’est pas si simple. Non seulement on veut faire le plus d’argent possible pour devenir un aubergiste des plus redoutables, mais, si on veut se rendre jusqu’au bout, on ne doit surtout pas se faire prendre par les forces de l’ordre, car ce serait la seule manière de courir à notre perte, c’est-à-dire que non seulement nous perdons le cadavre et 10 francs pour payer le fossoyeur, mais nous sommes immédiatement arrêtés et perdons la partie.

Notr’ feeling là-d’sus
C’est sans surprise que l’on vous annonce qu’on adore L’Auberge Sanglante. Premièrement, la longueur des parties, selon le choix des joueurs, est parfaite. Le fait qu’on ait le choix, justement, est vraiment une bonne idée. Étant donné que, mine de rien, il est assez ardu à expliquer, on peut toujours commencer par une partie courte avec de nouveaux joueurs pour ensuite en jouer une vraie de vraie.
Les explications seraient probablement le seul point négatif. Nous avons volontairement omis certains détails pour ne pas vous décourager, mais c’est un jeu qui est difficile à expliquer pour être compris efficacement et rapidement. Généralement, on perd notre auditoire à un moment ou un autre de l’explication des règles.
Par contre, pour tous ses autres aspects, celui-ci est facile à mettre de côté puisque ce n’est pas assez pour que nous, on se décourage !
On adore le fait d’avoir autant d’options s’offrant à nous, mais si peu de temps pour tout accomplir. Deux actions par tour, c’est peu. Par contre, ça fait en sorte que, le peu d’actions qu’on va faire, on va les optimiser au maximum. Genre : « Ah ! Si je corromps lui pour en créer une dépendance au prochain tour, je vais pouvoir mettre une de mes clés sur le côté service en chambre ! C’est payant ! Ah… mais j’ai déjà deux dépendances et aucun cadavre… » Parfois, on va sacrifier certaines actions payantes immédiatement pour aller en faire d’autres qui le seront davantage à long terme.
Donc, pour toutes ces grandes prises de décision et pour son casse-tête et ses nombreuses options de jeu, L’Auberge Sanglante est un jeu que l’on n’a pas peur de recommander. Sophie est même prête à affirmer qu’il est dans son top 10 !
Une partie longue, une partie courte, 2 joueurs, 3 joueurs, 4 joueurs, ah pis solo ! Une mise en place en un rien d’temps… vous voulez quoi de plus pour être heureux ? Un beau look ? Dans son genre, il me plaît énormément!

La note de Sophie : (9,5 / 10)
La note d’Alexia : (7,5 / 10)

Alors ? Avons-nous semé ne serait-ce qu’un brin de curiosité en votre esprit ?
À vos pelles et vos cadavres, on attend de savoir s’il est prudent d’aller jouer dans votre coin!

En attendant, on part terminer les B de la ludothèque de Sophie… entre deux cadavres à piller.

 

– Sophie & Alexia

L’Appartement du bonheur

Auteur: SoeeFi

Joueuse dans l’âme du plus loin que je me souvienne, les jeux de société modernes m’ont entraînée ailleurs complètement.
Je suis passée d’une vingtaine de jeux à près de 200 en 1 an et demi… mais je joue à tous les jours.
J’essaierai, du mieux possible, de vous faire entrer dans mon univers à travers mes parties, mes aventures de jeux et mes coups de coeur.
Chez nous, c’est L’Appartement du bonheur : plus y’a de jeux, mieux on se sent et plus on a de plaisir. J’essaierai, de mon mieux, de vous faire entrer dans ce bel univers.
Have fun! 🙂

Share Button

2 thoughts on “L’AUBERGE SANGLANTE OU L’ANTIPODE DE L’APPARTEMENT DU BONHEUR

  1. Excellent article. Moi qui joue exclusivement en solo, j’avais un doute sur ce jeu qui me plaisait beaucoup de part son ambiance. Vous venez de lever ce doute. Merci

Laisser un commentaire